Parlons-en avec C. Portelance

Retour
Pro · 22/04/2018 à 09:44
22/04/2018 • 09:44

Christian Portelance, journaliste et ami de l’ASNL, partage ses impressions d’après-match.

Christian PortelanceUn statut de survivant

Jamais, on n’a autant espéré une défaite de Pablo et jamais on ne s’est à ce point frotté les mains après l’avoir obtenue. L’ASNL avait besoin de cette victoire qui ne lui ouvre pas les portes du salut, mais sans laquelle elle eût été, une fois pour toutes, condamnée à ne pas s’en sortir.

L’ère Tholot commence positivement à Marcel-Picot. Auxerre est une carte de visite du football français et battre l’AJA confère un petit statut. Nancy s’est donc assuré un statut de survivant. C’est déjà ça.

L’étincelle s’est présentée au bout de quatre vingt-dix minutes sérieuses et engagées. D’ordinaire, l’ASNL concède deux buts, mais cette fois c’est son attaque, par l’intermédiaire d’Arnaud Nordin, qui s’est enrichie d’un doublé bien amené.

Une reprise de volée qui percute deux fois la barre transversale avant de percuter le sol derrière la chaux constitue un geste offensif spectaculaire et le public nancéien a aimé ces rebonds multiples qui ont suscité son frémissement.

J’aperçois dans les rangs des rouge et blanc une envie nouvelle. Cet élan est collectif, avec des réussites individuelles savoureuses de la part de certains, avec des embarras techniques plus prononcés chez d’autres.

L’équipe du président Rousselot gagne. Elle ne l’a pas fait souvent cette saison, c’est la raison pour laquelle elle demeure dans une méchante galère aujourd’hui. Il faudra d’autres efforts et d’autres points, en déplacement et à la maison, pour que l’essentiel soit sauf. Bon courage à vous messieurs qui portez le beau maillot de l’AS Nancy-Lorraine.

Flèche droite