Ciss: "Comme des frères"

Retour
Interviews · 06/11/2019 à 09:13
06/11/2019 • 09:13

Arrivé à la fin du mercato, Saliou Ciss a très vite trouvé ses marques dans le vestiaire et enchaîne les bonnes performances. Une intégration rapide qu’il explique par la solidarité du vestiaire.

Depuis ton arrivée à la fin du mercato, tu enchaines les bonnes performances. Est-ce une surprise d’avoir été prêt aussi vite ?

Non, car je savais que j’avais travaillé correctement durant la Coupe d’Afrique des Nations. Entre les matchs, il y avait des séances intenses. J’ai ensuite bien récupéré après la compétition. Je n’ai pas eu une vraie préparation d’avant-saison. Deux semaines avec Cédric Blomme m’ont suffi pour être prêt. Ce qui m’a aussi beaucoup aidé, c’est l’accueil dans le vestiaire. Cela s’est toujours bien passé dans les autres clubs, mais j’ai ressenti beaucoup plus de sincérité ici. On est tous comme des frères.

 

On t’a vu très à l’aise dans un rôle de piston face à Lens. C’est ton positionnement préféré ?

Je préfère évoluer au sein d’une défense à quatre, mais j’ai aussi mes habitudes dans cette organisation à cinq. J’essaie toujours de m’adapter pour donner le meilleur de moi-même. Il est vrai que j’aime bien apporter le surnombre en attaque. J’ai d’ailleurs été formé comme attaquant à l’académie Diambars au Sénégal. Je me souviens que nous étions venus faire un match amical contre des jeunes de l’ASNL en 2004. On avait perdu 7-0 ! Au fil du temps, j’ai été un peu excentré sur le côté gauche puis j’ai reculé en défense pour dépanner. Mon coach m’a trouvé bon. J’ai aussi joué un peu dans l’axe.

Saliou Ciss

Est-ce que tu dois parfois freiner ton tempérament offensif ?

J’ai toujours envie d’aller vers l’avant et dois en effet limiter mes montées. C’est bien d’apporter le surnombre, mais il faut déjà assurer ses tâches défensives. Ce n’est pas toujours simple de trouver le bon équilibre.

 

En deux mois, tu as déjà égalé ton record de buts (2)…

Je me suis toujours créé beaucoup d’occasions et suis surpris de ne pas avoir marqué plus de buts dans ma carrière. J’ai encore eu une occasion contre Lens, mais le gardien a stoppé mon tir. De temps en temps à la fin des entraînements, j’essaie de travailler la finition et de rivaliser avec les attaquants. On se lance des défis.

 

A 30 ans, as-tu l’impression d’être au meilleur de ta forme ?

Je me sens bien. Je suis très attentif à tout ce qui se passe en dehors du terrain. J’essaie de récupérer du mieux possible et passe beaucoup de temps à la maison en famille. Je pense que cela peut faire la différence.

Saliou Ciss

Avant de signer à l’ASNL, tu as assisté à la rencontre face à Rodez en tribune…

J’étais en contact avec le coach depuis le début de l’été. Je n’avais pas encore pris ma décision, car j’étais resté bien concentré sur ma CAN. J’ai aimé la façon de jouer de l’équipe. Des amis comme Junior Dalé, Modou Diagne, Alfred N’Diaye et Salif Sané m’ont dit aussi beaucoup de bien de l’ASNL. Je suis vraiment content d’avoir signé ici, car je prends beaucoup de plaisir. C’est le club qui me convenait. Nancy veut aller le plus haut possible. Ça me va bien.

 

Ce vendredi, vous recevez à nouveau une équipe du haut du classement. L’idée est de vous inspirer de votre prestation face à Lens ?

Les matchs se suivent, mais ne se ressemblent pas. Le coach va peut-être nous demander d’aborder le match dans des conditions similaires ou de changer de système. Il est toujours très précis sur ce qu’il attend de nous dans le dispositif mis en place. En revanche, notre match face à Lens est une bonne source d’inspiration pour l’état d’esprit, l’envie et la détermination. On doit jouer tous nos matchs comme ça. On a la chance d’avoir un public qui nous aide beaucoup. Il faut faire le maximum pour remercier nos supporters.

Flèche gauche Flèche droite