J'aime / J'aime pas avec Dembélé

Retour
Articles · 09/07/2019 à 15:07
09/07/2019 • 15:07

J’aime

La mode. J’aime bien m’acheter des habits et des baskets. Je dois en avoir une vingtaine de paires en ce moment. Je m’en lasse vite et j’ai toujours envie de nouveauté. Je m’intéresse aussi à la haute couture via internet et Instagram.

Vitry-sur-Seine. C’est ma ville. Mon père s’y est installé quand il est arrivé en France. J’y ai grandi avec mes quatre frères et cinq sœurs. J’y retourne dès que je peux pour retrouver ma famille et mes amis.

Le stand-up avec des artistes comme Jamel Debbouze, Gad Elmaleh ou Thomas N'Gijol.

La NBA. Je supporte les Milwaukee Bucks et leur ailier grec Giánnis Antetokoúnmpo. Je suis leurs performances grâce à l’émission NBA Extra sur beIN Sports. J’aime vraiment beaucoup le basket. J’essaie de temps en temps de mettre quelques paniers, mais je manque d’adresse (sourire).

Les musiques urbaines. J’écoute tous les styles, mais j’ai forcément été particulièrement marqué par le rap français et américain. Rohff et Rim'K du groupe 113 sont aussi originaires de Vitry-sur-Seine. La musique m’est même indispensable avant les matchs. Les paroles me rappellent d’où je viens et me donnent la niaque.

La cuisine africaine et particulièrement le poulet yassa de ma maman. Dans mon quartier, il y avait aussi des familles marocaines et nous échangions de temps en temps nos spécialités.

Le cinéma. Même si je regarde aussi des séries, j’opte plus souvent pour un film. Mes références sont La Haine, Ma 6-T va crack-er, Menace to Society ou Boyz'n the Hood. J’aime aussi les comédies comme Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?

Le jeu vidéo NBA 2K19. J’ai créé un joueur à mon nom qui me ressemble et je mène une carrière en solo. On fait aussi parfois des matchs avec mon voisin Aurel (Nguiamba) et des copains du centre de formation. Nous sommes tous restés très proches même avec ceux qui ont quitté le club.

Le Mali. Je n’y suis encore jamais allé et j’ai très envie de découvrir d’où mes parents viennent. Ce serait un peu retrouver mes racines, car j’ai davantage été élevé avec la culture africaine. Les sélections de jeunes auraient pu me permettre d’y aller, mais j’ai toujours refusé les convocations. Mon objectif était d’abord d’aider le club et de signer mon premier contrat professionnel.

Le sport à la télévision. Je suis beaucoup de disciplines comme le cyclisme, le tennis ou la boxe. J’aime bien regarder les grands combats, comme ceux d’Anthony Joshua ou de Deontay Wilder. Dans ma jeunesse, j’ai d’ailleurs enfilé un peu les gants dans la maison de quartier.

 

J’aime pas

L’hiver. Même si on n’est pas très éloigné de la région parisienne, j’ai senti la différence de température en arrivant au centre de formation. Je déteste aussi la neige.

La télé-réalité.

Ne rien faire. J’ai toujours besoin de m’occuper !

Les radins et les égoïstes.

Les déplacements. Dès que l’on doit faire plus de quatre ou cinq heures de bus, c’est dur. On prend tout de même souvent l’avion, mais je n’aime pas ça non plus (sourire).

Le zouk.

Flèche gauche Flèche droite

À lire aussi